ejaculation precoce

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

Vendredi 25 juillet 2014 à 22h34 : 12 en ligne (maxi pour la journée : 16)

     

Couleur du texte : • gris • marron • vert • bleu • noir

Mise en garde
La sexualité s'apprend
Fantasme éjaculatoire
Se masturber
Muscler le PC
Le stop and go
Le souffle
But des exercices
Phase 1

Description

Points de compression

Le fil du rasoir

La duree de l'exercice

Perfectionner l'exercice

Compression du gland

La lubrification

Le mouvement qui convient

Forum : phase 1
Phase 2
Phase 3
Contracter le PC ?
Elle m'excite trop !
Panne d'érection
Débloquer le bassin
En cas d'échec
En résumé
Les non EJP
Autres témoignages
Forum : réeducation
Version imprimable

Pour la pleine efficacité de cette méthode, ne zappez pas cette page et les suivantes...

 La phase 1

Mettez-vous dans un endroit dans lequel vous ne serez pas dérangé et accordez tout le temps nécessaire à ce moment de plaisir que vous vous offrez.
Commencez par vous masturber lentement, sans précipitation.

Pendant les premiers jours, lorsque vous sentirez monter l'excitation, serrez fortement la base du pénis, comme l'indique le schéma ci-contre, bien avant l'éjaculation pour fermer le canal de l'urètre, n'attendez pas le dernier moment même si vous pensez que vous pourriez tenir un peu plus longtemps ; vous pouvez le faire au niveau 5 par exemple (voir la page ). Le but est de comprendre comment retarder la montée de l'excitation.
Il vous faudra certainement stopper les mouvements masturbatoires au début. Pratiquer au moins trois arrêts/compression avant de s'autoriser à éjaculer et ce pendant au moins 10 minutes au total.

La compression explicitée par le schéma ci-dessus combine l'action du pouce et du majeur à la base de la hampe du pénis, plus exactement sur le . Bien que l'action du pouce soit moins importante que celle du majeur, on ne doit pas négliger son importance ; pour donner un ordre de grandeur, le pouce agit à 30 % et le majeur à 70 %. Le pouce et le majeur ont une action antagoniste comme les deux mors d'un étau.
Le majeur doit être placé au plus bas sur le corps du pénis, à l'endroit où celui-ci s'enracine dans le bassin. Lorsque le point idéal est atteint, le majeur doit buter sur l'os du bassin en tâtonnant de part et d'autre.

Une illustration des corps caverneux et spongieux du pénis

Les débutants commettent souvent l'erreur d'effectuer cette compression au point limite, c'est-à-dire trop proche du point de non-retour vers l'éjaculation ; ce n'est qu'après avoir acquis une certaine expérience que l'on peut s'en rapprocher.
Une autre erreur fréquente est leur empressement à vouloir tenir le plus longtemps possible, c'est-à-dire dans leur cas, plus de 10 minutes. L'obsession de l'augmentation de la durée de la masturbation les empêche de se concentrer sur l'effet de la compression et de l'indispensable prise de conscience qui l'accompagne. Les exercices de rééducation effectués mécaniquement (comme les caresses...) sans aucune prise de conscience ni aucune forme d'intelligence, sont voués à l'échec. Au cours des premières séances, on doit réaliser que la compression agit efficacement comme une prise providentielle sur laquelle s'acrocher dans une pente savonneuse. Lorsque ce principe est acquis, on peut tenter d'augmenter la durée de la séance, mais pas avant.

La description suivante, à pratiquer lorsque le pénis est complètement au repos, vous permettra de localiser le point de compression si vous ne l'avez pas trouvé :
— en position assise, placer le pouce à la base du pénis et le majeur sur l'anus ;
— remonter le majeur en direction du pouce ; lorsque votre majeur atteindra le point où le pénis émerge du bassin, serrez fortement la base du pénis sous les testicules, donc assez bas, ces dernières doivent remonter et s'écarter de part et d'autre du pénis. N'hésitez pas à serrer très fortement sans vous blesser toutefois.
Un détail important : le majeur a tendance à déraper ou à rouler sur le corps spongieux - partie centrale du pénis - qui a une forme cylindrique. Il est impératif de rester le plus près possible de l'axe (voir ).
Rappelez-vous que votre temps d'action est de avant la montée de l'éjaculation.

Avec l'habitude, on parviendra à localiser avec précision le point donnant la meilleure efficacité.
Le corps du pénis est constituée des deux corps caverneux et du corps spongieux : les deux premiers sont latéraux et le dernier est positionné au centre, sous les deux autres (voir figure ci-contre). Le sperme transite à travers l'urètre, c'est un canal excréteur de l'urine et du sperme qui part de la vessie et qui traverse le corps spongieux.
Il faut tâtonner sur le corps spongieux central pour bloquer l'urètre : d'avant en arrière, de gauche à droite mais sans trop s'en éloigner. On peut effectuer cette recherche lorsque le pénis est complètement flasque pour mieux localiser ce point de compression.

Après quelques séances, on effectue la compression beaucoup plus tard pour se rapprocher peu à peu du point critique, vers ou plus. 
Si vous sentez que vous êtes allé trop loin (spasmes importants du pénis pendant la compression) relâchez immédiatement votre pénis pour ne pas . Vous ferez mieux la prochaine fois.

 La compression : un verrouillage efficace

Cette méthode va vous permettre de ralentir la pression spermatique et de retarder le réflexe éjaculatoire. Prenez bien conscience des sensations, l'image mentale du reflux de cette pulsion vers sa source est une aide importante. Cette compression permet de dissocier la perception du gland et de la prostate, deux zones du corps très importantes dans le processus de l'éjaculation. Grâce à elle, vous pouvez plus aisément vous concentrer uniquement sur l'une où l'autre de ces parties. Efforcez-vous de percevoir toutes les sensations en amont de cette compression, du côté de la prostate, en oubliant en quelque sorte toutes les sensations du côté du gland. Cela nécessite une certaine habitude et une certaine concentration. Il faut se donner le temps de cet apprentissage, le temps que notre cerveau enregistre la possibilité de cette dissociation, car l'éjaculateur précoce a tendance à globaliser les sensations. Si vous ne respectez pas ce qui précède, il est inutile de poursuivre cette méthode car vous n'en retirerez aucun bénéfice. Ceci est expliqué plus en détails à la page sur la .
Effectuez un puis reprenez la masturbation. Répétez encore deux fois ou plus ce qui précède. Vous pouvez éjaculer ensuite.

 La compression augmente l'érection

Au cours de la compression, le sang est maintenu captif pour quelques secondes dans les corps spongieux et caverneux du pénis, le gland se gonfle et devient plus dur. Lorsqu'on relâche la pression, le sang est libéré et il peut arriver que le pénis perde un peu de sa fermeté. Veiller à ne pas prolonger trop longtemps la compression pour conserver un niveau d'excitation suffisant et conserver une bonne érection.

 S'arrêter à la phase 1 ?

On peut se limiter à la phase 1 et ne pas appliquer les étapes qui suivent, mais il serait dommage de s'arrêter en si bon chemin. De nombreux hommes ont découvert ce moyen pour contrôler leur éjaculation et l'ont pratiqué toute leur vie pendant leurs rapports sexuels, mais il faut bien reconnaître qu'il est contraignant de demander systématiquement à sa partenaire de marquer une pause pour compresser son pénis.

A noter :

Pratiquer la phase 1 pendant au moins 15 jours et au moins trois fois par semaine.
La phase 1 est la partie la plus importante de la rééducation, il est indispensable de ne pas bâcler cette étape.
Dans la phase 1, on effectue uniquement une compression manuelle, pas de compression avec les muscles du PC.
La compression manuelle ne peut en aucun cas contrer le réflexe éjaculatoire dès qu'il est amorcé. Elle n'est efficace que par anticipation.
La phase 1 permet de détecter et de reconnaître son niveau d'excitation pour parvenir à mieux le gérer.









Votez pour cette page

 • Résultat :    
 • 665 personnes ont voté pour cette page.
 • Merci de prendre quelques secondes pour voter :




 

Total sur le site :
19705 votes

Les 12 derniers commentaires sur le site (total : 274)

04/07/2014 à 01:18 : Dommage le lien est mort...

24/02/2014 à 15:37 : Moi c'était entre 1 et 6 ou 7 orgasmes selon les ...

19/10/2013 à 08:03 : bonjour a tous, Comme bon nombre d'entre nous ...

23/11/2012 à 03:39 : Hello Markus, Puis=je avoir le nom du produit SV...

20/04/2012 à 23:47 : Le lien vers le site "femiweb" doit être mis à jo...

07/02/2012 à 09:06 :

17/09/2011 à 13:29 : Merci pour ce article,j'ai la grande chance d'êtr...

23/08/2011 à 11:27 : Bonjour Markus. Je souhaiterai obtenir une ou de...

14/06/2011 à 19:13 : Je ne suis plus un jeune homme car né au début de...

02/05/2011 à 22:59 : Je trouve presque choquant une phrase comme: "Le ...

20/04/2011 à 00:12 : Comme vous autre j'ai le même problème qui m'empo...

07/04/2011 à 18:36 : Bonjour à tous, Je suis journaliste et prépare...

     

Couleur du texte : • gris • marron • vert • bleu • noir