ejaculation precoce

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

Mercredi 23 août 2017 à 21h28 : 4 en ligne (maxi pour la journée : 18)

     

Couleur du texte : • gris • marron • vert • bleu • noir

Femme d'EJP…

Discussion : 70 | 71 | 72 | 73 |  74  | 75 | 76 | 77 | 78  Sujet
Nouveau sujet |  Début de liste |  Retour à la liste |  Rechercher Page :  1  2
 01/13 - Dix ans déjà... suite  20-06-2005 16:29
 Janelle - 12 ans
Profil : membre enregistré
Inscrit le : 13-05-2005
Activité :
• total : 10 messages
• dernier post : 12 ans
Je reviens de cette consultation tant attendue chez le sexologue. Une femme. Surbookée.
Elle me reçoit seule. Puis ensuite mon mari, seul. Et enfin tous les deux. Elle donne l'impression d'avoir bien cerné notre problème, voit que nous voulons bien faire, que nous sommes malgré tout un couple "qui roule".

Et je l'entends encore : "Il y a encore quelque chose que j'aimerais approfondir. Au juste, pourquoi dites-vous que des rapports de 1 ou 2 minutes suite aux préliminaires sont insatisfaisants ?"
Je reste une seconde sans voix, à chercher une réponse évidente : cela ne se rapproche pas d'un rapport comme j'en ai connu autrefois, avec un homme non-EJP. J'ajoute que je veux seulement "en profiter" un peu plus longtemps, que la plénitude n'est pas la même.

Alors ce n'est pas acquis? Est-ce moi qui ne sait pas me contenter de ce que j'ai ?
Qu'est-ce qu'elle a bien pu vouloir dire ? Je ne fais tout de même pas un caprice !

Et après deux ou trois compléments d'informations sur notre vie sexuelle, elle remplit la feuille de soins, 84 euros SVP, et veuillez prendre rendez-vous avec ma secrétaire. "Mais n'y comptez pas avant septembre..."

Abasourdie, je demande si elle n'a pas quelques conseils à nous donner pour patienter jusque là. "Si vous voulez, je viens de sortir un livre, il paraît qu'il est très bien, d'après ce qu'on en dit."

A partir de septembre, nous commencerons, au rythme de trois ou quatre séances par mois. Mais que puis-je en attendre, de la part d'une spécialiste pour laquelle ce trouble est plus que banal, et qui ne semble plus que traiter des maux plutôt que des patients.

Dois-je attendre septembre pour hurler ma détresse et mon mal de vivre, pour penser que ma dernière chance prendra effet dans trois mois? Encore un peu de patience...

Cette femme semblerait confirmer une chose par son impassibilité : le sexe n'est rien, les couples et leurs petites misères, il y en a tant! Je me demande bien pourquoi je me prends tellement la tête, après tout.

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Message modifié (27-06-2005 10:01)
                                   Fin  
 02/13 - Re: Dix ans déjà... suite  21-06-2005 00:24
Céline - 12 ans
Profil : visiteur
Bonjour,
je ne sais trop quoi dire, je suis totalement révoltée par ce temoignage ! Comment cette femme, si professionnelle soit-elle, et FEMME en plus, a t'elle pu vous recevoir ainsi ? Il me semble qu'elle n'a saisi qu'un millième de votre malaise et encore. En plus, je trouve que cela vous a fait perdre votre 'crédibilité' devant votre mari, qui n'aura vu en vous qu'une femme capricieuse, une fois de plus j'ai l’impression. J'en suis terriblement désolée, car votre souffrance est palpable et si compréhensible pourtant...

Aimez-vous votre mari? et lui?Serait-il prêt pour cet amour à faire des efforts, vous comprendre pour commencer, et ensuite envisager de VRAIES SOLUTIONS, de vrais changements avec sincérité et plein engagement ? Posez vous ces bonnes questions car vous êtes repartis pour de longs mois. Je vous souhaite de garder le courage que vous avez eu jusqu'ici mais vous êtes bien trop gentille ou trop amoureuse pour ne encore avoir explosé. Il doit savoir que vous allez mal et la seule manière est peut être de lui expliquer clairement qu’il est sur le point de vous perdre.

Ces mots lui seront durs mais si à l'écoute de ceux-ci, aucune réaction n'est observée, peut être serait il temps de VOUS faire plaisir. Avec des enfants, c’est très dur mais un amant qui vous ferait découvrir le vrai plaisir une fois, ce n'est qu’un peu de ce qui vous est dû. Je hais ce que je viens d’écrire car va à l'encontre du credo de ce site : « aimez la plus longtemps », ça veut dire trouver des solutions ensemble pour faire durer la relation dans tous les sens du terme. Mais si VOUS voulez vous faire aimer plus longtemps mais que vous êtes seule a ressentir ce besoin, aucune solution 'pratique' ne peut être envisagée avant qu'il ne prenne conscience de votre état. C'est d'abord une question d'amour et de respect et je crois que vous êtes lésée de ce côté la.

Faites les bons choix, je vous souhaite de rester forte et courageuse. Oui je parle de courage car je me demande le pourcentage de femmes qui n’auraient pas baissé les bras ou qui n'auraient pas encore été voir ailleurs.
Qu'il soit EJP, c’est une chose mais qu'il refuse de VOUS considérer dans ce problème, ça me dépasse.
 Début                   Fin  
 03/13 - Re: Dix ans déjà... suite  27-06-2005 10:29
 Janelle - 12 ans
Profil : membre enregistré
Inscrit le : 13-05-2005
Activité :
• total : 10 messages
• dernier post : 12 ans
Merci Céline,
Votre réponse m'a fait chaud au coeur. Mais je veux juste préciser quelque chose, car l'histoire est longue et plus complexe qu'elle ne peut le sembler à la lecture des deux ou trois textes précédents (c'est sûr, en dix ans, il s'en passe des choses...).

On peut dire que nous sommes passés par tous les stades décrits si brillamment dans l'info de ce site. J'ai même été surprise et amusée, je dois dire, que cela corresponde aussi exactemement à tout ce que notre couple a traversé. J'ai pu voir que ma situation n'avait rien d'exceptionnel, et mes réactions non plus.

Je ne nie pas par conséquent avoir parfois bloqué la situation en étant trop véhémente, en faisant parfois des reproches, ou en refusant carrément que mon mari m'approche. Mon mari aussi a été secoué dans l'affaire, et il est clairement dépassé.

Je pense souvent que cet "incident mécanique" (c'est la manière dont je le vois) aurait été résolu depuis longtemps si c'est moi qui en avait été responsable. D'abord parce que cela me semble bénin, mais aussi parce que je pense que j'aurais tout mis en oeuvre rapidement pour que tout rentre dans l'ordre. Et puis surtout je crois que mon mari aurait EXIGE que cette situation rentre dans l'ordre au plus vite.

C'est ce qui nous différencie des hommes. Dans le livre de cette fameuse sexologue, il est écrit que seulement 2% des hommes avouent ne pas pleinement satisfaire leur partenaire, et ils sont 80% à penser être de bons partenaires. Quelle ironie!

J'ai d'ailleurs proposé à mon mari une nouvelle façon d'aborder les choses : puisqu'il voit bien que nos relations sexuelles finissent toujours à son avantage, il suffirait que de temps en temps il accepte que ce soit pour une fois "tout pour moi", et rien pour lui.
Principe accepté, après avoir mis un peu de temps à saisir le concept, et je dois dire qu'à ce jour, ce n'est toujours pas arrivé.

Qu'en penser? Un amant n'est pas la solution. Plus que de plaisir, j'ai besoin d'amour et d'attention, de réciprocité. J'ai de plus en plus de mal à faire confiance aux hommes, et aucun aujourd'hui ne saurait me séduire.
 Début                   Fin  
 04/13 - Re: Dix ans déjà... suite  08-08-2005 10:39
 lpyt - 12 ans
Profil : membre enregistré
Inscrit le : 29-09-2003
Activité :
• total : 128 messages
• dernier post : 11 ans
C'est trés exagéré de dire que vos relations sexuelles finissent toujours à son avantage. S'il est trop rapide, le plaisir qu'il peut ressentir est forcément altéré par la honte et d'autres sentiments du genre. Par ailleurs, le plaisir ressenti dans un coït rapide est vraiment très éloigné du réel plaisir que l'on ressent après une vraie séance.

Vous êtes forcément 2 à être frustrés. Alors ne baissez pas les bras et persévérez. Il m'a fallu 8 mois pour obtenir un résultat correct et 2 ans pour acquérir suffisamment de confiance pour que les quelques fois où je rate encore ne refassent pas surgir les démons du passé.

Cela m'a été possible après avoir pratiqué les exercices de ce site pendant 8 mois et avoir compris que le contrôle ne serais jamais total (j'ai fini par accepter). Aussi, lors de l'acte, lorsque je me sens vraiment trop proche du précipice, je me retire gentiment pour laisser retomber l'excitation et en profite pour m'occuper de ma femme. Après quelques instants je peux recommencer et au bout de 10 à 20 minutes d'interruptions répétées, je peux enfin lui faire l'amour normalement en contrôlant mon excitation uniquement par la volonté. Dans mon cas, 10 à 20 minutes c'est le temps que je dois tenir pour enfin prendre le contrôle de mon excitation. Dans les 5 premières minutes, je suis en permanence à la limite. Puis, petit à petit je gagne en sérénité et donc en contrôle.

Bon courage.
Laurent
 Début                   Fin  
 05/13 - Re: Dix ans déjà... suite  09-08-2005 22:25
 Janelle - 12 ans
Profil : membre enregistré
Inscrit le : 13-05-2005
Activité :
• total : 10 messages
• dernier post : 12 ans
C'est vrai, j'ai exagéré dans ma description. Je sais qu'il n'a pas la chance de vivre et de ressentir tout le plaisir qu'il pourrait avoir, si cela continuait un peu lorsque nous faisons l'amour.

J'ai eu des expériences avec des non-EJP, et je dois dire que cela me frustre, moi aussi, de n'avoir jamais pu "le faire grimper au rideau". L'expérience est vraiment peu gratifiante pour tout le monde en cas d'EJP, merci de me le rappeler.

Merci aussi de me donner un point de vue masculin, cela m'est très précieux. Et vous semblez très bien savoir de quoi vous parlez. Vous avez donc obtenu des résultats, et même si cela prend du temps, je vous félicite et espère que mon mari aura le même succès. Je le soutiendrai de mon mieux pour qu'il y parvienne, en tout cas.
 Début                   Fin  
 06/13 - Re: Dix ans déjà... suite  11-08-2005 00:03
 - 12 ans
Profil : visiteur
bonsoir Janelle.
ton (je peux tutyoer?) expérience avec cette sexologue ne m'étonne malheureusement pas du tout.
Mon mari est EJP depuis notre première rencontre. Il a connu une autre femme avant qui ne s'est pas embarrassée de sentiments et l'a jeté après deux essais infructueux.
J'ai pour ma part eu une première vie sexuelle désatreuse avec mon premier mari qui n'avait aucune expérience mais ne supportait pas la remise en question, donc ma "frigidité" était due seulement à moi, d'après lui.

Après 9 ans de simulation pour ne pas subir les sempiternels doigts dans le vagin (même pas l'idée de faire un cunni cet idiot, et je n'allais pas oser demander de peur de me faire jeter) j'ai divorcé (pour d'autres raisons aussi) et j'ai connu ma première VRAIE expérience sexuelle. J'ai découvert que j'adorais ça, que je n'étais pas frigide, bien au contraire, j'ai la chance d'être clitoridienne Et vaginale, malgré le rejet dans un premier temps des caresses vaginales avec les doigts. Mon ami était très gourmand et adorait que je prenne des initiatives coquines. L'extase pouvait durer une nuit et une journée entière :bou!:
Bon, par contre au niveau Amour pas grand chose, donc arrêt au bout de 6 mois.

Avec mon mari nous avons parlé tout de suite du problème mais on s'y est mal pris pour le régler, en gros je l'ai trop materné, et lui s'est trop laissé aller.
En fait, il avait consulté une sexologue avant même notre rencontre, je dois être honnête en disant que Je ne suis pas à l'origine de sa démarche, mais ça n'aboutissait pas et même s'il s'écroulait à chaque fois il n'a pas beaucoup bougé pour que ça change. Je devais à chaque fois faire abstraction de ma frustration pour ne pas empirer son état et puiser dans mes réserves de psychologie et dénergie pour lemaintenir à la surface. J'y ai presque épuisé mon désir et mon amour pour lui.
Il y a quelques semaines j'ai rencontré un homme qui m'a vraiment séduite. Ça m'a fait tout drôle de retrouver des sensations que j'avais enfouies bien au fond de ma tête pour ne pas être frustrée. J'ai tout fait pour ne pas succomber, mais ça a été dur dur.
Par contre j'ai craqué devant mon mari, je lui ai dit que ce n'était plus possible de continuer comme ça et qu'il DEVAIT faire qlq chose.
Je suis quand même aller voir un sexo toute seule, ça venait peut-être de moi ? Il m'a rassurée et m'a dit qu'il voulait voir mon mari. Nous y sommes retournés ensemble deux ou trois fois mais j'ai pas pu continuer. Les exercices étaient trop difficiles à supporter: accepter les relations mais ne pas trop s'exciter.
:bate:

J'ai voulu consulter la sexo qu'il voyait seul avant, mais la réponse de cette dame a été: "C'est pas de sa faute si vous êtes frustrée, c'est Votre désir. Et puis, si ça vous gêne vous n'avez qu'à partir, vous l'avez déjà fait une fois, ça doit pas vous poser de problème !"
Merci pour le soutient et les conseils. De quoi se culpabiliser encore plus.
Mon mari fait sa rééducation de son côté, c'est difficile pour moi de le soutenir en ce moment, j'avoue ne pas être très coopérante, mais j'ai besoin de reprendre des forces.

Je ne pense pas que tu sois trop exigeante. Mon mari n'ayant jamais eu d'expérience ne parvient pas à me satisfaire par les préliminaires, et je suis un peu lasse des caresses buccales. Je pense que l'on a droit d'exiger de ressentir vraiment du plaisir avec notre mari/ami. Nous ne devons pas en avoir honte ou se sentir coupable.

J'espère que ton mari ne fera pas encore plus l'autruche et acceptera de se remettre en question comme le fait le mien. Et pourquoi ne pas aller consulter un autre sexologue ?
Pour gérer mon divorce j'ai vu 2 psy avant de trouver celle qui m'a vraiment aidée. D'ailleurs je suis allée la voir après cette expérience désagréable avec la sexologue. Et là je n'est pas été jugée, mais comprise et soutenue.
Essaie, ça vaut le coup. Il faut se sentir en confiance avec le "thérapeute".

Bon courage
 Début                   Fin  
 07/13 - Re: Dix ans déjà... suite  11-08-2005 08:47
 lpyt - 12 ans
Profil : membre enregistré
Inscrit le : 29-09-2003
Activité :
• total : 128 messages
• dernier post : 11 ans
Je trouve affligeant de voir à quel point on est démuni pour gérer nos problèmes sexuels. La confiance en soit est forcément la clé de la réussite. Mais qu'elle est difficile à obtenir ! Le plus dur pour moi a été d'accepter mes défaillances et de reconnaître que le problème était réel. C'est à dire de reconnaître que même si ma femme ne le regrettait pas ouvertement elle le subissait tout de même (effectivement, les caresses bucales ne sont pas un miraculeux palliatif, elles permettent de mieux supporter le problème, mais pas de l'effacer), et aussi de reconnaître que j'étais moi même frustré.

Arrivé là, je ne pouvais plus me consoler en me disant que notre vie sexuelle était tout de même interessante. Car si elle nous apportait certaines satisfactions, nous obtenions surtout beaucoup de frustrations. Ma femme a été à l'origine de cette prise de conscience. Seul, je me serais probablement contenté de cet état de fait. Mais elle a été voir dans internet et a trouvé certaines informations dont elle m'a fait part. C'était des exercices à réaliser. Elle me les a conseillés, et m'a même ménagé des instants d'intimité pour que je puisse les pratiquer tranquillement. Elle m'a également gratifié de quelques encouragements, lorsqu'il lui arrivait de m'entendre exprimer mon plaisir - je suis bruyant de nature -, ce qui m'a également aidé. Et oui, je me sentais plus libre désormais de partager avec elle mes succés et mes échecs. Parvenant à réaliser ces exercices, je me suis interessé de prêt à la question et ait découvert le site "etmoi", véritable révélation dans mon cas (c'était il y a 3 ans et demi et depuis je m'y rend toujours régulièrement, même si cela fait 2 mois que je n'y avait pas mis les pieds de ma souris, afin d'y inscrire certains messages d'encouragement, ma façon d'apporter ma pierre à l'édifice).

En résumé, l'épanouissement de ma sexualité n'a pu démarrer que le jour où j'ai osé pousser la porte où je savais trouver mes pires problèmes derrière. Depuis je me sens beaucoup mieux et plus libéré, même si j'ai conscience de l'ampleur de la route qu'il me reste à parcourir, non plus pour me sortir d'un sale bourbier, mais tout simplement pour me permettre d'atteindre une barre que j'ai placée beaucoup plus haute désormais et qui n'a plus pour objectif la durée mais la qualité de mes rapports.

Comme disait Confucius : "c'est au pied du mur que l'on voit le mieux le mur", proverbe qui n'est finalement pas si stupide qu'il n'en a l'air...
 Début                   Fin  
 08/13 - Re: Onze ans déjà... suite  12-09-2005 14:43
 Janelle - 12 ans
Profil : membre enregistré
Inscrit le : 13-05-2005
Activité :
• total : 10 messages
• dernier post : 12 ans
Merci pour votre soutien et le témoignage de votre compréhension.

Eh oui! onze ans déjà! Je tenais juste à rajouter que nous sommes retournés voir cette fameuse sexologue, qui nous a sorti des banalités, qui compte les minutes qui restent avant la fin de l'entretien, et qui ne nous a toujours donné aucune piste...
Et dire qu'elle est réputée!

En gros, il y a, si je comprends bien, les sexo dont le discours est "si ça ne va pas, allez donc voir ailleurs" (c'était le cas du premier que nous avons vu), et ceux qui sont pour laisser le temps au temps.

Je crois, si le prochain rendez-vous est aussi peu concluant, que je vais suivre le conseil de Doudou méchant, et changer de sexologue.

Je tiens également à préciser que mon mari fait énormément d'efforts, il s'applique à se concentrer sur ses émotions et ses sensations. Dommage qu'il refuse les exercices, parce qu'il ne veut pas être seul impliqué. En clair : "on est dans la même galère, et tu te plies à ma technique, pour m'aider". Mon désir en a pris un sale coup, encore une fois. Mais ce n'est peut-être que transitoire.

Pour le coup, j'ai du mal à comprendre les hommes. Désolée de ne pas être plus explicite, mais en fait, je me sens un peu désorientée entre cette sexologue et les désidérata de mon mari. Plus ça va, et plus j'en ai ras le bol du sexe. OUI, mais, sans sexe, le couple dure-t-il?

La véritable question est : pourquoi en ai-je autant ras-le-bol? Est-ce que tout cela a trop duré? Est-ce que je n'ai plus de désir sexuel? Plus de désir pour mon mari? Ou est-ce que je ne l'aime plus? Et là, qu'est-ce qu'on fait?

Vous semble-t-il légitime de n'avoir aucune envie de l'aider -- dans la pratique-- à s'en sortir, alors que j'espère par-dessus tout qu'il dépasse cette difficulté et que nous en profitions ensemble?

Je crois, comme je le lui ai déjà dit, que ma sexualité en est désormais à un autre stade. Alors qu'il évolue encore en catégorie légère, j'ai envie de passer à la vitesse supérieure. Ma maturité (sexuelle) me le permettrait... Je suis tellement lasse d'attendre, j'attends depuis tellement longtemps que ça commence!

Mais je culpabilise de ne plus avoir envie de l'aider dans cette démarche que je l'ai pourtant poussé à engager. Là, on est mal; je ne sais plus quoi penser.

J'ai besoin de vos lumières, et de votre expérience, encore une fois. Qui saura m'éclairer?
 Début                   Fin  
 09/13 - Re: Dix ans déjà... suite  30-09-2005 19:16
 - 12 ans
Profil : visiteur
Bonjour Janelle,
Moi je suis Tunisien (enfin,tuniso allemand) et je suis "éjaculateur précoce" comme on dit. comme quoi aussi, le stéréotype de l'arabe étalon est faux,)
je suis marié depuis dix ans et aussi bien avec ma femme qu'avec mes anciennes partenaires, j'ai "presque" toujours été précoce. je dis presque car c'plutôt les rares fois où g été long que je compte! Ma femme dit que ça ne la gène pas, mais je sens qu'elle est frustrée par la rapidité des rapports. C'est pas sur qu'elle soit que clitoridienne, ayant été vaginale avec ses ex, mais elle se satisfait à sa manière parfois, en se frottant à moi.
bon, je viens de découvrir ce site, et à ce que je vois beaucoup en disent du bien. donc, moi la seule chose que je peux te dire, c'est rendez vous dans 3 mois minimum, je t'en dirai des nouvelles de cette méthode décrite ici, et j'ai bien le sentiment qu'elle va être la bonne pour moi cette fois.
a bientot inchallah
 Début                   Fin  
 10/13 - Re: Dix ans déjà... suite  01-10-2005 20:19
                        Précédent  
 onlyforpeace - 12 ans
Profil : membre enregistré
Inscrit le : 10-07-2005
Activité :
• total : 61 messages
• dernier post : 9 ans
salut tout le monde...
moi je suis EJP depuis toujours !
et je suis adepte de ctte méthode ainsi que de toutes les pratiques sexuelles decritent sur ce site!
j'ai la chance d'etre avec une nana super ouverte sur tous ce qui est sexuel!
nous avons eu des passages très difficile des rapports de 3 min maxi...
surtout à la naissance de notre bébé...
puis j'ai commencé cette rééducation, si g un conseil à donné au femme d'ejp c'd'être paciente même si ça peu être long, partipez à sa rééducation avec des carresses douces sur l'intégralité du corps sans finir par un rapport sexuel (méthode doctissimo),et de temps en temps masturber le doucement en vous arretant quand il vous le demande ! et je vous promait que sa va s'arranger....
ça peu parraitre contraignant mais si vous voulez que ça s'arrange y a pas dix milles solutions!
il faut en fait qu'il trouve le moyen d'entrer dans l'acte sexuel sans penser au reflexe éjaculatoire, il faut qu'il profite du plaisir éprouvé avnt l'éjaculation, c'pour ça qu'il faut qu'il prene l'habitude d'être masturbé, excité sans pour autant éjaculer....
c pas facile à expliquer mais la méthode de ce site marche,
l'éjaculation précoce n'est pas seulement un prolème mécanique mais aussi psychique!
bon a+ et soyez patiente ça va s'arranger!
Vue en arborescence |  Derniers messages |  Connexion Page :  1  2
Discussion : 70 | 71 | 72 | 73 |  74  | 75 | 76 | 77 | 78


     

Couleur du texte : • gris • marron • vert • bleu • noir